managementhebdo

L’Islande veut éradiquer les inégalités salariales en 2022



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 10 Mars 2017 - 15:18

La date était plus que bien choisie : lors de la Journée Internationale des Droits des Femmes, le 8 mars 2017, l’Islande a décidé de devenir le premier pays à supprimer intégralement toute forme d’inégalité salariale basée sur le sexe des employés. Une avancée majeure dans la lutte pour les droits des femmes que le petit pays nordique a plus de facilités à faire appliquer du fait de sa petite taille.


cc/pixabay
cc/pixabay
L’Islande devient, en 2017, un des pays pionniers dans la lutter contre les inégalités salariales et le premier pays au monde à vouloir les supprimer définitivement. Une loi, votée par le parlement islandais le 8 mars 2017, va tout simplement contraindre les entreprises à prouver qu’elles payent à l’identique les hommes et les femmes, pour un même travail.

Si l’avancée est majeure c’est qu’en Islande, contrairement en Suisse par exemple où un projet similaire a déjà été adopté, c’est la loi qui obligera les entreprises dès 2020. Toute entreprise de plus de 25 employés aura ainsi un certificat garantissant à ses clients qu’elle respecte l’égalité salariale entre hommes et femmes. Inutile de dire qu’il s’agira là d’un plus et d’un argument qu’elles pourront mettre en avant dans leur marketing.

La loi prévoit bien évidemment que l’égalité salariale soit respectée également concernant la nationalité des employés, leur origine ou leur sexualité. L’objectif, clair et annoncé par l’Islande, est celui d’avoir un pays avec zéro inégalités salariales à l’horizon de 2022. Une décision qui vient s’inscrire dans une politique plus large de respect de l’égalité des droits : toutes les entreprises de plus de 50 employés dans le pays doivent avoir un minimum de 40 % de femmes dans leur conseil d’administration, et ce depuis plusieurs années.

Naturellement, si l’Islande peut réussir aussi facilement à forcer les entreprises de la sorte c’est grâce à sa petite taille : le pays ne compte que 323 000 habitants.




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Avril 2020 - 08:15 La bise au travail ne survivra pas au coronavirus