managementhebdo

VTC : 10 000 chauffeurs en moins en 2018 ?



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 8 Décembre 2017 - 13:45

Les plateformes de VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeur) dont la plus connue est sans aucun doute Uber sont sur le pied de guerre : une modification de la loi en vigueur va, selon elles, entraîner une véritable hécatombe de chauffeurs. Une thèse que le gouvernement balaye d’un revers de la main. Une réunion est prévue le vendredi 8 décembre 2017 au ministère des Transports.


cc/pixabay
cc/pixabay
Ce que les VTC craignent est l’entrée en vigueur de la loi Grandguillaume le 30 décembre 2017 : cette loi implique que les chauffeurs relevant du statut de LOTI ne pourront plus être chauffeurs de VTC. Les chauffeurs salariés sous le statut de LOTI sont en effet cantonnés au transport collectif.

Selon les plateformes de VTC en France il y aurait près de 10 000 chauffeurs LOTI qui exercent également le métier de VTC. Dès le 30 décembre 2017 ils ne le pourront plus ce qui, selon ces plateformes, causera des problèmes pour les clients : plus de temps d’attente et bien évidemment des prix plus élevés lors des pics de demande, une pratique régulièrement décriée, notamment en période de crise. Mais les VTC ont le droit d’augmenter les prix lorsque la demande est très importante puisque leurs prix ne sont pas fixés par la loi comme le sont ceux des taxis.

Pour le gouvernement les VTC ont raison mais tort à la fois : s’il est vrai que plusieurs milliers de chauffeurs LOTI ne pourront plus exercer le métier de VTC, les plateformes oublient que des mesures ont été mises en place. Ainsi, le gouvernement rappelle que 5 000 chauffeurs LOTI recevront l’agrément pour être VTC par simple équivalence (2 ans d’exercice du métier de VTC suffisent).
De même, près de 2 000 chauffeurs devraient passer l’examen de VTC en 2018. Au final, donc, le nombre réel de chauffeurs LOTI qui ne pourront plus exercer le métier de VTC ne serait que de 3 000.

Les plateformes de VTC devraient rencontrer la ministre des Transports Elisabeth Borne vendredi 8 décembre 2017. Outre cette question de l’entrée en vigueur de la loi Grandguillaume, les plateformes aimeraient revoir l’examen pour devenir chauffeur de VTC considéré comme trop difficile avec un taux de réussite final de seulement 20 %




Dans la même rubrique :
< >