managementhebdo

Un quart des patrons pense embaucher en 2014



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 20 Juin 2014 - 10:40

S’il ne faut pas encore sauter de joie, il semblerait que la vision du futur économique de la France s’améliore autant chez les patrons que les salariés. Si bien que les dirigeants français estiment qu’ils pourraient même augmenter leurs effectifs en 2014. En tout cas, ils sont près d’un sur quatre à penser ainsi. Mais, pour autant, la situation reste critique dans le pays.


cc/flickr/thinkpanama
cc/flickr/thinkpanama
Une étude réalisée par l’organisme de formation par alternance Cesi et Ipsos, en collaboration avec Le Figaro, montre que les patrons sont un peu plus optimistes sur la situation de l’emploi en ce premier semestre 2014 par rapport à la même période de 2013. A l’époque, seuls 13% des dirigeants interviewés pensaient que son entreprise aurait pu embaucher de nouveaux employés.

Désormais, ils sont le double à penser ainsi, soit un patron sur quatre (26%). De quoi redonner espoir aux chômeurs mais également au gouvernement qui tente par tous les moyens de freiner l’augmentation du chômage en France.

Si seuls 26% pensent embaucher, ils sont tout de même 69% à être confiants concernant la stabilité de l’emploi dans leur entreprise pour l’année en cours. Un nombre en hausse par rapport à l’année dernière.
Toutefois, au niveau de l’avenir économique du pays, les patrons semblent moins positifs que leurs employés. Et même ces derniers n’affichent pas un optimisme à toute épreuve. La reprise économique semble être loin.

Ainsi, en moyenne, les dirigeants français estiment que l’activité devrait reprendre dans environ 25 mois, soit pas avant le milieu de 2016. Les salariés, eux, sont plus confiants et considèrent que l’activité économique devrait être meilleure déjà dans 11 mois. Cela nous amène toutefois aux alentours du troisième trimestre 2015.

Il semblerait que le pays devra faire encore un peu face à la crise qui perdure.




Dans la même rubrique :
< >