managementhebdo

McDonald’s visé par une plainte pour ses pratiques visant à moins payer ses salariés aux USA



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 14 Mars 2014 - 11:55

Le groupe américain de restauration rapide est visé par une plainte de la part de ses salariés qui l’accusent d’avoir mis en place des pratiques illégales visant à réduire leur salaire et, notamment, ne pas leur payer les heures supplémentaires. Une plainte a été déposée en Californie et une autre dans le Michigan et les deux affaires semblent prises très au sérieux par la maison-mère.


cc/flickr/Sean MacEntee
cc/flickr/Sean MacEntee
Les restaurants accusés dans cette plainte sont des restaurant franchisés indépendants mais auraient, selon l’avocat des plaignants, subi des pressions de la maison-mère. Divers stratagèmes pour payer moins les salariés, des stratagèmes totalement illégaux, auraient été mis en place.

Par exemple, les salariés pointent du doigt la suppression « des primes liées aux heures supplémentaires » ainsi que le décompte de leur temps de travail des périodes de repos ou de pause déjeuner. Mais c’est surtout une autre mesure, encore plus étonnante, qui a provoqué l’indignation des employés.

Selon Me David Dean, qui a déposé plainte dans le Michigan, le décompte horaire n’interviendrait que dès que l’affluence en nombre de clients est « suffisamment » élevée. Cela signifie qu’en dessous d’une certaine affluence, les heures de travail ne sont pas décomptées ce qui réduit fortement le nombre d’heures travaillées.

Pour Me Michael Rubin, qui s’est occupé de la plainte déposée en Californie, « tous ces stratagèmes ont un objectif commun : faire baisser les coûts du travail en volant les salariés ».

« McDonald's et nos restaurants franchisés indépendants sont déterminés à mener une enquête complète sur ces allégations et prendront toutes les mesures nécessaires » a déclaré Gidi Sa Shekhem, porte-parole de McDonald’s à l’AFP qui l’interrogeait sur la question.




Dans la même rubrique :
< >