managementhebdo

Covid-19 : la prime pour les salariés peut atteindre 2000 euros



Vendredi 3 Avril 2020 - 07:10

Le gouvernement avait cette piste depuis quelques jours, après l’adoption massive de la première version de cette prime spéciale pour les employés qui continuent de travailler malgré le coronavirus Covid-19 et les risques. Des travailleurs nécessaires pour le bon fonctionnement du pays : ouvriers, caissiers, transporteurs…


Une nouvelle version de la « prime Macron »

Pixabay/stuck
Pixabay/stuck
Dans les faits, le gouvernement n’a pas inventé grand-chose pour cette crise du coronavirus Covid-19. Il a repris le concept de la « prime Macron » mise en place en pleine crise des Gilets jaunes. La prime est totalement défiscalisée et désocialisée, ce qui représente un gain net pour le salarié et un versement net pour l’entreprise. La prime pouvait, jusque-là, atteindre 1.000 euros, uniquement sur la base du volontariat de l’entreprise puisqu’aucune obligation n’est faite par le gouvernement pour la verser.

De nombreuses grandes entreprises, notamment les distributeurs, ont quasi immédiatement répondu « présent » : Auchan a ouvert le bal et Carrefour ou encore Lidl ont suivi. Mais désormais il est possible de faire encore mieux car le gouvernement a validé une nouvelle formule de cette prime Macron.

Jusqu’à 2.000 euros de prime… sous conditions

Le Conseil des ministres du 31 mars 2020 a entériné une rumeur qui courait depuis quelques jours : un doublement de la prime Macron qu’il est possible de verser aux salariés encore mobilisés. Les entreprises les plus généreuses pourront donc verser jusqu’à 2.000 euros.

La nouvelle version de cette prime est toutefois soumise à une condition : il faut que l’entreprise dispose d’un accord d’intéressement au moment du versement de la prime. Le gouvernement propose donc aux entreprises qui n’auraient pas mis en place d’accord d’intéressement un délai jusqu’au 31 août 2020 pour en conclure un, ce qui leur permettra alors de faire bénéficier leurs salariés de la prime de 2.000 euros.

Mais ce n’est pas tout : la prime pourra être modulée selon le travail afin de rémunérer mieux les salariés qui sont directement au « front », comme les caissiers, de celles et ceux moins exposés.

 


Paolo Garoscio