managementhebdo

​Prélèvement à la source : les DRH s'inquiètent



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 9 Septembre 2016 - 07:06

La future réforme fiscale en projet à Bercy est le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source, soit directement par les entreprises sur le salaire des employés. Une réforme censée faciliter la vie de ces derniers et éliminer, pour certains, la célèbre "déclaration annuelle de revenus". Mais les DRH s'inquiètent de la réaction de salariés lorsqu'ils découvriront leur fiche de paye et leur salaire.


cc/pixabay
cc/pixabay
Le prélèvement de l'impôt à la source devrait entrer en vigueur en France le 1er janvier 2018 si le projet de Bercy est mené à terme. A moins que, comme l'a déjà annoncé Nicolas Sarkozy, le prochain Président de la République ne reviennent sur ce changement. L'ANDRH, Association Nationale des Directeurs de Ressources Humaines, estime qu'il y a un gros risque de complications.

Jeudi 8 septembre 2016, Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, a estimé que les DRH risquent de devoir faire face à des salariés mécontents : les DRH ne peuvent en effet pas connaître le détail de la vie des salariés et donc connaître les divers frais qu'ils pourraient déduire de leur impôt sur le revenu. Ces frais déduits, le revenu baisse et donc le taux d'imposition, qui sera communiqué par Bercy aux entreprises en amont, baisse aussi.

Il y a également les changements de situations familiales qui influencent la composition des ménages et donc le calcul de l'impôt sur le revenu. "Il est plus facile d’appeler son DRH que le fisc" estime Benoît Serre. "Nous nous dirigeons vers une sorte de transfert vers l’entreprise de la responsabilité de l’Etat."

L'ANDRH craint en effet que les salariés n'aillent râler sur les DRH lors de la réception de leur salaire. Outre la question du respect de la fonction, c'est également le problème du surplus de travail qui se profile pour les Directeurs des Ressources Humaines qui inquiète fortement l'association. Surtout que le DRH, et donc l'entreprise, pourrait être considérée comme responsable par le salarié en cas de mauvais calcul.




Dans la même rubrique :
< >