managementhebdo

​La triche sur le CV LinkedIn c'est bientôt fini



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 24 Avril 2015 - 10:22

Le premier réseau social professionnel veut devenir un véritable Curriculum Vitae pour ses utilisateurs et surtout pour les recruteurs qui recherchent des profils via le site. Mais pour ce faire il faut que LinkedIn puisse garantir la véracité des informations présentées sur le profil personnel de ses utilisateurs. Et c'est bien ce qu'il compte faire, grâce à une nouvelle fonctionnalité.


shutterstock/Economiematin
shutterstock/Economiematin
Aujourd'hui créer un profil sur LinkedIn est simple... et surtout totalement libre. On peut littéralement s'inventer des études ou encore des anciens métiers et postes car il n'y a aucun contrôle. Certes, cela ne change rien au véritable parcours de la personne, mais la chose peut être tentante, ne serait-ce que pour attirer le regard d'une marque ou d'un recruteur. Après, il faudra expliquer pourquoi le profil LinkedIn ne correspond pas au vrai CV... à moins que celui-ci ne soit faux aussi.

Pour LinkedIn il semblerait que cette liberté a assez duré. Le réseau social se veut fiable auprès des professionnels afin de garder sa place de premier réseau professionnel du monde. Du coup les ingénieurs ont mis en place un algorithme de vérification de profils.

"L'interactive Fact Checking System" a été développé par Lucas Myslinski et vient d'être racheté par LinkedIn qui compte bien l'implémenter sur sa plateforme. Un peu à l'instar de Facebook et de son algorithme visant à déceler les articles satiriques des vrais articles de presse.

Le nouveau service devrait toutefois être accompagné par une équipe dédiée à la vérification, le simple "fact checking" risquant de ne pas suffire ou risquant de donner de faux-positifs. Mais le rachat de ce brevet pourrait en dire long sur l'avenir de LinkedIn, déjà incontournable dans le milieu professionnel. Le réseau social pourrait finalement devenir un véritable foyer de recrutement massif, notamment de talents spécifiques.




Dans la même rubrique :
< >