managementhebdo

Changement d’emploi durant la pandémie : plus de regrets chez les Français



Vendredi 29 Avril 2022 - 14:18

La pandémie de Covid-19 a conduit à une réorganisation massive du travail, entre confinements, chômage partiel et télétravail. Et certains salariés en ont profité pour changer complètement de poste, espérant que la situation inédite leur serait profitable. Finalement, selon une étude réalisée par UKG, les regrets sont nombreux. Et les Français sont ceux qui regrettent le plus.


Les salariés regrettent leur ancien emploi…

Pixabay/Myriams-Fotos
Pixabay/Myriams-Fotos
Si la « grande démission » que connaissent les États-Unis n’a pas encore commencé en Europe, de nombreux salariés ont changé de poste entre 2020 et 2022. Selon UKG, qui a mené une enquête auprès de ces derniers, nombreux sont ceux qui regrettent leur ancienne mission : 12% en moyenne, et 25% des Français. Les salariés français sont d’ailleurs ceux qui expriment le plus de regrets.

25% des Français ayant changé de poste regrettent leur salaire, et 22% la politique pratiquée dans leur ancienne entreprise. À l’étranger, ces mêmes regrets ne sont exprimés que par 16% et 11% des salariés interrogés, respectivement. Mais les Français sont surtout 62%, taux bien plus élevé qu’en Allemagne (46%) ou encore au Royaume-Uni (39%) à regretter tout simplement leur ancienne mission.

… et les managers leurs anciens employés

Ce taux de regrets supérieur, selon l’enquête d’UKG, chez les Français pourrait s’expliquer en partie par une décision hâtive de changer d’emploi. 49% des salariés français ayant démissionné durant la pandémie ont démissionné au moins deux fois, de leur nouvel emploi. Un taux qui, chez les voisins européens, ne dépasserait pas les 25%.

Mais s’ils regrettent leur ancien emploi, les salariés sont également regrettés par leurs anciens employeurs français. 74% des managers français interrogés déclarent en effet qu’ils embaucheraient à nouveau les salariés ayant démissionné. Des regrets qui ne sont pas partagés pour tous les salariés : seul un manager sur cinq, en France, embaucherait à nouveau l’ensemble des salariés qui sont partis durant la période de la pandémie de Covid-19.


Paolo Garoscio


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 29 Juillet 2022 - 14:16 La prime carburant est doublée et élargie