managementhebdo

​Après la Californie, l'Etat de New York augmente son salaire minimum



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 1 Avril 2016 - 15:05

Les Etats-Unis connaissent de plus en plus un mouvement visant à augmenter le niveau de vie de ses habitants et qui passe par une augmentation du salaire minimum. La Californie a été, vendredi 25 mars 2016, le dernier Etat à faire passer la loi permettant au salaire minimum de grimper jusqu'à 15 dollars de l'heure. L'Etat de New York a suivi le mouvement ce jeudi 30 mars 2016, quelques heures après l'adoption définitive de la loi en Californie.


Shuttertock/Economiematin
Shuttertock/Economiematin
Le gouverneur Andrew Cuomo de l'Etat de New York et les législateurs sont parvenus à un accord pour augmenter le salaire minimum des employés à 15 dollars de l'heure en trois ans à partir du 1er janvier 2017, contre les 9 dollars actuels. Mais l'augmentation ne sera pas la même partout sur le territoire, contrairement à ce qui a été décidé en Californie.

L'augmentation du salaire minimum a été adoptée en même temps que le nouveau budget de l'Etat de New York qui prévoit également 4,2 milliards de dollars de baisses d'impôts et l'allongement des congés familiaux à 12 semaines payées. Mais c'est surtout le salaire minimum augmenté qui va intéresser les salariés.

Le salaire de 15 dollars de l'heure va s'appliquer pour les grosses entreprises et uniquement dans la ville de New-York et sa proche banlieue pour l'instant. Les petites entreprises et les territoires plus reculés ne devraient connaître qu'une augmentation du salaire minimum que jusqu'à 12,5 dollars. Par la suite, et après un audit de la part du gouvernement, le salaire minimum pourra être augmenté, ou pas, à 15 dollars de l'heure.

Ce détail a été la clé pour convaincre les opposants à la réforme et faire passer la loi : la différence entre les deux salaires permet de ne pas faire peser l'augmentation sur les petites entreprises qui risqueraient, le cas échéant, de fermer. 




Dans la même rubrique :
< >