managementhebdo

Requalification des chauffeurs en salariés : Uber et Lyft obtiennent un délai



Vendredi 21 Août 2020 - 14:45

L’affaire qui oppose les deux leaders des VTC aux États-Unis, Uber et Lyft, et l’État de Californie a connu une décision totalement inattendue être prise jeudi 20 août 2020. Finalement, ce n’est pas tout de suite que les deux géants devront mettre un terme à leur modèle économique. Mais rien n’est encore joué.


Un délai… sur fond de menace d’interruption de service

Pixabay/freestocks-photos
Pixabay/freestocks-photos
Les deux entreprises avaient été attaquées par l’État de Californie pour ne pas avoir respecté, dès le 1er janvier 2020, la nouvelle loi qui leur imposait d’accorder un statut moins précaire à leurs chauffeurs. Mais Uber et Lyft ne sont que le visage de la « gig economy » et de l’ensemble des entreprises qui emploient des indépendants pour ne pas avoir à réaliser des embauches en bonne et due forme.

Le 10 août 2020, elles avaient perdu face au procureur général de Californie : elles avaient alors obtenu un ultimatum de 10 jours pour requalifier l’ensemble de leurs chauffeurs en salariés. En guise de réponse, Uber et Lyft, concurrentes, ont fait front commun menaçant d’interrompre leurs services jusqu’à une date bien précise : celle du vote de la Proposition 22. Une menace qui semble avoir porté ses fruits.

Une manche gagnée… mais le conflit continue

Afin d’éviter que les deux plateformes ne mettent à exécution leur menace, la même cour qui les avait condamnées à la requalification de leurs chauffeur leur a accordé, le 20 août 2020, un délai. Pour l’instant, les deux plateformes ne seront pas contraintes de requalifier leurs chauffeurs en salariés.

Ce sera donc en octobre 2020 que tout devrait se jouer : Uber et Lyft veulent faire passer la « Proposition 22 », une sorte de voie du milieu entre leur système actuel et la loi AB5 de l’État de Californie, qu’elles contestent. Les discussions devraient commencer le 13 octobre 2020. En attendant, les utilisateurs d’Uber et Lyft pourront continuer d’utiliser leurs services.


Paolo Garoscio