managementhebdo

Microsoft ne s’opposera pas à la création d’un syndicat



Vendredi 3 Juin 2022 - 08:00

Dans le monde de la high-tech américaine, les employés sont de plus en plus tentés par la création de syndicats pour protéger leurs intérêts et peser face à leurs patrons. Des initiatives plutôt mal perçues par les entreprises, certaines faisant même appel à des cabinets spécialisés pour les contrer et éliminer la menace en amont. Mais Microsoft semble prendre le contre-pied de ce type de management.


Microsoft reconnaît le droit à se syndiquer

pixabay/efes
pixabay/efes
Les initiatives des salariés pour créer un syndicat ont donné lieu à des tensions dans le monde de la high-tech, et Microsoft veut tout simplement éviter le même problème. Dans un post sur le blog de l’entreprise, publié par le président Brad Smith, le groupe annonce la couleur : « Nous reconnaissons que les employés ont le droit légal de choisir si créer ou rejoindre un syndicat ».

Une révolution dans un secteur plutôt hermétique, comme la majorité des entreprises américaines, à ce que les employés rejoignent un syndicat. Le patronat américain voit généralement cette pratique comme une menace, et Amazon a été le fer de lance de cette vision anti-syndicaliste. Le géant fondé par Jeff Bezos a même été accusé de menacer les salariés qui auraient l’intention de rejoindre des syndicats.

La firme de Redmond ne veut pas être un exemple

L’annonce de Microsoft pourrait également être une réponse à celle de la création d’un syndicat chez l’éditeur de jeux-vidéo Activision Blizzard, secoué par des scandales sexuels. Les salariés y ont créé un syndicat, reconnu par l’entreprise… et Microsoft a racheté l’éditeur. Le groupe ne pouvait guère concéder à une de ses filiales un droit que la maison-mère n’aurait pas donné.

Toutefois, Microsoft estime que sa décision ne doit pas forcément être prise en exemple. « Nous reconnaissons que l’approche juste chez Microsoft peut être différente de celle qui est la meilleur pour les autres. »


Paolo Garoscio