managementhebdo

​Arnaud Montebourg prend en charge l'innovation chez Habitat



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 20 Mars 2015 - 11:18

L'ancien ministre du Redressement Productif à l'origine du mouvement des Frondeurs et qui a quitté, non sans bruit, le gouvernement durant l'été 2014 est de nouveau sur le devant de la scène. Mais cette fois c'est dans le privé qu'il va opérer. Arnaud Montebourg vient en effet d'être nommé vice-président du conseil de surveillance de la chaîne d'ameublement et décoration Habitat. De quoi continuer son combat pour le "made in France".


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Habitat a été repris par le groupe français Cafom en 2011 et engage actuellement une stratégie de redéploiement sur le territoire français. Et surtout une stratégie de relocalisation d'une partie de sa production ce qui plaît beaucoup à Arnaud Montebourg.

Grand défenseur du Made in France, Arnaud Montebourg prend donc sa place au Conseil de Surveillance de la marque avec une charge particulière : "Je vais m’occuper de tous les sujets liés à l’innovation" a déclaré l'ancien ministre au journal Le Monde avant d'encenser son nouveau foyer : " Habitat est une marque emblématique avec un potentiel extraordinaire, qui a fait de la relocalisation en France l’un des axes majeurs de son développement.".

Bien que siégeant au Conseil de surveillance de l'entreprise, Arnaud Montebourg n'en sera pas un salarié confie le PDG de Cafom Hervé Gaoui. Il sera tout de même rémunéré : "Il touchera une indemnité, comme les cinq autres membres du conseil de surveillance".

Avant d'accéder à ce poste, qu'il a obtenu après un dîner avec M. Giaoui en décembre 2014 pour lequel, selon les propos du PDG de Cafom, Arnaud Montebourg "avait manifestement travaillé car il avait plein d'idées sur de nouvelles façons de distribuer de l'ameublement", l'ancien ministre a demandé l'autorisation de la Haute autorité pour la transparence publique afin qu'il n'y ait pas de conflits possibles entre sa nouvelle et son ancienne fonction.