managementhebdo

Amazon annonce plus de suppressions d’emplois que prévu



Vendredi 6 Janvier 2023 - 11:00

Le secteur de la high-tech américaine a connu, en 2022, sa première année de ralentissement de sa croissance. Plusieurs entreprises, dont les géants Meta et Amazon, ont publié des résultats trimestriels décevants, et ont été sanctionnées en Bourse. Conséquence : les premiers plans sociaux ont été annoncés, avec des dizaines de milliers d’emplois supprimés.


Non pas 10.000 mais 18.000 suppressions d’emplois chez Amazon

Le New York Times le révélait fin novembre 2022 : à la suite des résultats décevants du troisième trimestre 2022, lourdement sanctionnés en Bourse, le leader du e-commerce allait supprimer 10.000 emplois dans le monde. Une annonce qui n’aura pas rassuré les investisseurs, l’action Amazon ayant chuté de plus de 15% sur le seul dernier mois de l’année 2022.

Le 3 janvier 2023, le Wall Street Journal révèle de son côté que le groupe prévoit finalement plus de suppressions d’emplois qu’initialement annoncé. 17.000, selon le quotidien économique américain. Une information confirmée dans la foulée par Andy Jassy en personne. Celui qui a pris les rênes du groupe de Seattle à la suite du départ de son fondateur Jeff Bezos annonce un plan de licenciement qui concernera 18.000 personnes dans le monde.

Près de 100.000 emplois supprimés dans le secteur

Amazon devient donc l’entreprise américaine du secteur de la technologie qui aura lancé le plan social le plus important, en volume. Car pour le géant de Seattle, les 18.000 suppressions d’emplois ne représentent, finalement, qu’environ 1% de sa masse salariale mondiale, qui dépasse les 1,5 millions de personnes.

En pourcentage, c’est bien moins que les annonces de Meta (11.000 emplois supprimés, près de 13% de sa masse salariale) ou encore de Twitter qui a divisé de moitié le nombre de salariés après la prise de contrôle d’Elon Musk. L’ensemble du secteur réduit la voilure : en 2022, entre 80.000 et 100.000 suppressions d’emplois ont ainsi été annoncées par des entreprises spécialisées dans la technologie, mettant un point d’arrêt à des années de recrutements massifs.


Paolo Garoscio