managementhebdo

​Daesh menace Jack Dorsey et Mark Zuckerberg



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 26 Février 2016 - 14:04

La lutte contre le terrorisme sur Internet passe bien évidemment par les réseaux sociaux sur lesquels Daesh, très actif, tente de recruter et fait passer ses messages de haine. Aux premières lignes de cette lutte, donc, on trouve les deux PDG des deux réseaux sociaux les plus importants du monde, Twitter et Facebook. Daesh les a clairement menacés dans une nouvelle vidéo postée sur le web.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
La vidéo de 25 minutes intitulée "Flames of the Supporters" ("Flammes des supporters" en anglais) a été postée ce 24 février 2016 et montre clairement la cible du groupe islamique radical : Mark Zuckerberg, patron et fondateur de Facebook, et Jack Dorsey, fondateur et à nouveau patron de Twitter. Les deux PDG américains se retrouvent au milieu des flammes et leurs photos sont criblées de balles tandis que Daesh récite ses menaces.

"Si vous fermez un compte, nous en rouvrirons 10 et bientôt vos noms seront effacés après l’effacement de vos sites, Allah veut et saura que nous disons est la vérité" déclare Daesh dans la vidéo. L'Etat Islamique annonce également contrôler 5000 profils sur Twitter, 10 000 sur Facebook et plus de 150 groupes sur ce dernier. Une véritable puissance médiatique que le gouvernement américain comme ailleurs dans le monde tente d'éradiquer.

Il faut croire que ça marche : si Daesh a pris la peine de menacer directement Mark Zuckerberg et Jack Dorsey, il est possible que la lutte sur les réseaux sociaux porte ses fruits, malgré tout. En janvier 2016, les deux PDG et d'autres représentants de la high-tech se sont entretenus avec la Maison Blanche pour décider de la stratégie à suivre.

Difficile de croire que les deux PDG soient toutefois impressionnés. Le Business Insider a contacté Twitter sur la question et un porte-parole leur a révélé que ce type de menaces arrive "tout le temps".




Dans la même rubrique :
< >