managementhebdo

Un CDI et un salaire qui progresse régulièrement, pas vraiment un rêve pour les plus diplômés



Vendredi 4 Février 2022 - 08:12

Que veulent vraiment les salariés lorsqu’ils songent à changer d’emploi ? Pour tenter de répondre à cette question, le cabinet Somanyways, spécialisé en transition professionnelle, a interrogé quelques milliers d’actifs, de demandeurs d’emploi, d’indépendants, de dirigeants, de RH et de managers.


Moins un salarié est diplômé, plus la progression du salaire a de l’importance à ses yeux

Un emploi, ce n’est pas uniquement un moyen de subsistance, surtout aujourd’hui. Au cours de son enquête intitulée « Le Sens au travail », le cabinet Somanyways a pu découvrir qu’au-delà d’un simple salaire, les salariés souhaitent prendre du plaisir à travailler et rendre notre société meilleure. Interrogés sur ce qu’ils jugent indispensable au travail, 62% des répondants ont affirmé que c’est le fait d’avoir une bonne ambiance au travail, pour 60% c’est le fait d’apprendre, développer de nouvelles compétences, et pour 51% c’est le fait d’avoir la possibilité de proposer des idées, des solutions.

Le salaire, est-il important ? Oui et non. Il ressort de ce sondage que c’est quelque chose de très important pour les moins diplômés mais quelque chose de secondaire pour les plus diplômés. Les bac+2 sont 45% à affirmer que progresser dans leur salaire est quelque chose de très important, contre seulement 30% des bac+5.

Pour les plus diplômés, le travail doit surtout être porteur de sens

Autre constat intéressant : au sein de la tranche d’âge 28-44 ans, 65% des bac+2 jugent indispensable d’avoir un CDI, contre seulement 22% des bac+5. De la même manière, le travail est beaucoup plus associé au seul salaire dans l’esprit des moins diplômés, tandis que pour les bac+5 il doit être porteur de sens. De fait, 50% des bac+5, contre seulement 34% des bac+2, jugent indispensable de contribuer par leur travail à résoudre des enjeux de société. Un constat encore plus prégnant chez les moins de 27 ans (génération Z) : les plus diplômés (bac +5 et plus) sont 62% à juger ce critère indispensable contre 37% pour les moins diplômés (bac +2 et moins).

Et ces réponses ne sont pas données par les jeunes uniquement. Tous âges confondus, seules 25% des personnes interrogées ont jugé indispensable d’avoir un CDI, seuls 31% des répondants ont jugé indispensable de progresser régulièrement dans leur rémunération. Enfin, dans la catégorie des réponses auxquelles on ne s’attendait pas, seuls 32% des répondants jugent indispensable de décrocher une fois rentrés chez eux.


Anton Kunin