managementhebdo

Les micro-entrepreneurs réclament des congés parentaux



Mardi 16 Mars 2021 - 14:42

La Fédération des auto-entrepreneurs plaide pour la mise en place de congés parentaux dignement rémunérés, à l’image de ce qui se fait pour les intermittents du spectacle.


Une indemnité qui passe de 100% à 10%, sans autre palier

Pour une micro-entrepreneur, le projet de devenir mère s’avère particulièrement compliqué financièrement. À la différence des salariés et même des intermittents du spectacle, à défaut d’avoir cotisé suffisamment, les micro-entrepreneurs ne peuvent prétendre qu’à une indemnité de 5,63 euros/jour. Une situation que la Fédération des auto-entrepreneurs appelle le gouvernement à changer.

En effet, le montant du congé maternité d’une indépendante est calculé sur la base des trois derniers chiffres d’affaires et doit être supérieur à un montant défini (RAAM) pour être touché à 100% au lieu de 10%. Si le chiffre d’affaires réalisé (et, par conséquent, la cotisation versée) s’avère insuffisant, le montant de l’indemnité de congé maternité passe de 56,35 euros/jour à 5,63 euros/jour.

Pour 1 femme micro-entrepreneur sur 2, le projet parental doit attendre

Selon un sondage mené par la Fédération des autoentrepreneurs auprès de ses adhérentes début mars 2021 à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, près de la moitié des femmes micro-entrepreneurs (46,7%) ont dû repousser leur projet de maternité faute de couverture suffisante.

La Fédération des autoentrepreneurs réclame aujourd’hui que la couverture au titre du congé parental des micro-entrepreneurs soit alignée sur celle dont bénéficient les intermittents du spectacle depuis 2020.


Anton Kunin