managementhebdo

Le chômage partiel pourrait bientôt être moins généreux



Jeudi 11 Juin 2020 - 20:26

Le gouvernement veut accélérer la reprise de l'activité économique. Les dispositions concernant le chômage partiel devraient évoluer à la baisse afin de les rendre moins attractives.


Relancer l'activité économique le plus rapidement possible

Les estimations économiques pour cette année donnent le tournis : le gouvernement prévoit ainsi 800.000 suppressions d'emplois, le produit intérieur brut devrait se contracter de plus de 11 points, sans compter la dette publique qui se creuse. « Je souhaite que l'activité reprenne plus rapidement, que le retour au travail soit plus massif, que la croissance reprenne le plus rapidement possible », a martelé Bruno Le Maire devant les caméras de LCI. Le ministre de l'Économie a expliqué que la France entrait désormais dans une « nouvelle période, celle où il faut reconstruire économiquement le pays, retourner à la vie normale, accélérer le retour au travail de tous les Français ».

Pour multiplier les réouvertures d'entreprises, le gouvernement veut réduire l'attractivité du chômage partiel, un dispositif mis en place en mars qui consiste, pour l'État, à rembourser l'intégralité du salaire brut versé par un employeur à ses employés (soit 84% du salaire net). Depuis le 1er juin, l'État ne prend plus en charge que 85% du brut, le reste devant être apporté par l'entreprise. Selon Les Echos, les pouvoirs publics ont l'intention de réduire encore leur participation : leur prise en charge passerait de 85% à 60% (67% si le salarié a des enfants).

Marquer un rebond fort

Charge à l'employeur de compenser le reste du salaire. Pour faire face à cette obligation, les entreprises toujours fermées aujourd'hui seraient fortement encouragées à reprendre leur activité. Cette nouvelle disposition pourrait être introduite dès le 1er juillet, avec l'objectif d'un retour à la normale « cet été », a indiqué Bruno Le Maire pour qui la priorité est la lutte contre le chômage.

Le patron de Bercy s'est voulu optimiste. Sa « conviction profonde », c'est que « la France va y arriver ». Le pays va retrouver de la croissance : « On peut, dès 2021, marquer un rebond fort, si on se retrousse tous les manches, si on se met tous au travail et si nous accélérons la reprise économique ». Cela passera par la réouverture la plus large et la plus rapide possible de toutes les entreprises.


Olivier Sancerre


Dans la même rubrique :
< >