managementhebdo

Concilier vie professionnelle et vie privée : les recettes allemandes



Vendredi 30 Mai 2014 - 14:38

Les causes de stress au travail sont nombreuses et variées. Une d'entre elles peut être assez facilement éradiquée : l'incapacité à déconnecter.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Il s'agit pour un salarié de pouvoir déconnecter après le travail, en évitant les sollicitations et en limitant, autant que possible, le travail chez soi. Une initiative française a suscité les moqueries de certains pays anglo-saxon : le « droit à la déconnexion » pour les cadres du secteur numérique qui, sans horaires fixes, sont susceptibles de travailler en tous temps. L'idée n'est pourtant pas si farfelue.
 
En Allemagne, ce type d'accord se multiplie, en faisant moins de bruit qu'en France certes, mais l'idée est la même : protéger la vie personnelle et familiale des employés. S'il est possible d'aller chercher les enfants à l'école et donc partir un peu plus tôt, certaines entreprises permettent au salarié de terminer la journée de travail à domicile. Une flexibilité qui permet de concilier activité professionnelle et obligations familiales.
 
Il y a trois ans, le syndicat IG Metall a poussé le constructeur Volkswagen à une « pause quotidienne » des réceptions de courriels. Dans les faits, les e-mails ne sont plus reroutés des serveurs de l'entreprise entre 18h15 et 7h. Ce sont plus de 5 000 employés qui bénéficient de ce mécanisme, une goutte d'eau cependant pour des effectifs de 250 000 employés.
 
Chez BMW, les salariés peuvent accomplir des tâches en dehors de leur cadre habituel de travail. Une heure passée à travailler de chez soi le soir après les devoirs des enfants est considérée comme une heure supplémentaire. Évidemment, il est impossible pour l'employeur de vérifier si la personne a réellement travaillé ce soir là, mais la confiance est de mise. Difficile d'imaginer un tel système en France ? Cela reste à prouver.


Olivier Sancerre