managementhebdo

​Mario Draghi : il y a un risque limité de déflation en zone euro



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 2 Janvier 2015 - 16:37

En ce début d’année 2015 l’ombre de la déflation continue de menacer l’Union Européenne et surtout la zone euro. C’est pour éviter ce fléau économique que la BCE a, durant l’année 2014, baissé ses taux directeurs à des niveaux historiquement bas et annoncé, sans les appliquer pour l’instant, un ou plusieurs programmes de rachats d’actifs. Malgré tout, selon le président de la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi, le risque n’a pas été écarté.


shutterstock/economiematin
shutterstock/economiematin
A la recherche de croissance et d’une inflation proche des 2%, le taux arbitrairement admis comme étant le meilleur pour l’économie, la zone euro doit continuer ses efforts pour redresser la barre. Pour Mario Draghi, toutefois, il y a un espoir. Si le risque de déflation n’est pas « exclu » il reste néanmoins « limité » pour 2015. De quoi rassurer un peu.

Le président de la BCE n’en est pas pour autant optimiste et annonce déjà que le programme pour 2015 sera chargé pour la Banque Centrale Européenne : « Nous sommes en train de nous préparer techniquement pour modifier début 2015 l'ampleur, le rythme et le caractère des moyens à mettre en place s'il devenait nécessaire de réagir à une trop longue période d'inflation trop faible ».

Il n’y a toutefois pas de crise en zone euro mais « une longue période de faiblesse » qui devrait se résoudre, notamment grâce à « la combinaison de notre politique monétaire et des réformes d'Etat » qui vont permettre de « ramener beaucoup de la confiance perdue ».

En attendant, en novembre 2014, l’inflation en zone euro s’en sortait mal, à seulement +0,3%.




Dans la même rubrique :
< >