managementhebdo

Pour Jack Dorsey (Twitter), le Bitcoin sera la seule monnaie mondiale dans 10 ans



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 23 Mars 2018 - 12:53

Le Bitcoin, la cryptomonnaie la plus connue et celle qui vaut le plus, a connu une fin d’année 2017 très compliquée : le prix a explosé dépassant les 20 000 dollars avant de chuter de plus de 50 % pour se stabiliser aux alentours des 9 000 dollars début 2018. Cette volatilité inquiète les utilisateurs mais également les banques centrales du monde entier. Jack Dorsey, de son côté, y croit encore.


cc/pixabay
cc/pixabay
Dans un entretien accordé au magazine The Times, Jack Dorsey, fondateur et PDG de Twitter et de Square, a dévoilé sa prophétie concernant le Bitcoin. « Le monde va au final n’avoir qu’une seule monnaie, Internet n’aura qu’une seule monnaie. Personnellement, je pense que cette monnaie sera le Bitcoin ».

La cryptomonnaie pourrait donc tout simplement réduire à néant le problème du change entre les pays, ce qui rendrait les transactions financières beaucoup plus simples et égalitaires. Mais une telle prophétie, de la part de Jack Dorsey, n’est pas anodine : le PDG de Twitter a toujours été fan du Bitcoin.

Preuve de cet amour pour la cryptomonnaie la plus connue, son entreprise Square a ajouté récemment la possibilité d’acheter et vendre des Bitcoins par le biais de son application. Square a également investi dans la start-up Lightning Labs qui travaille sur la blockchain, la technologie qui se trouve à la base du Bitcoin et de toutes les cryptomonnaies.

Mais la prophétie de Jack Dorsey ne semble pas tenir compte de la multiplication des cryptomonnaies : il y en a de plus en plus en circulation, certaines ayant énormément de succès comme Ethereum, d’autres n’étant en réalité que des blagues d’internautes comme le DogeCoin dont le créateur lui-même s’est inquiété de la voir atteindre une capitalisation de 2 milliards de dollars, estimant que c’était là la preuve qu’Internet ne tourne pas rond.