managementhebdo

Le travail hybride, la recette idéale pour accroître la productivité ?



Mardi 11 Octobre 2022 - 08:44

Plus que le travail systématique au bureau ou le télétravail à 100%, c’est le travail hybride qui procure les plus forts gains de productivité, vient de conclure le think-tank Terra Nova dans sa dernière note intitulée « Repenser le télétravail », dans laquelle il passe en revue différentes études sur le sujet.


Le télétravail est bien synonyme de meilleure productivité

Le télétravail est-il synonyme de productivité ? Même si les situations sont diverses, globalement la réponse est « oui ». Une enquête quantitative menée par Malakoff-Humanis auprès de 3.504 salariés du secteur privé entre mi-juin et mi-juillet 2020 avait montré qu’au sein des mêmes entreprises et équipes, les travailleurs 100% à distance durant le confinement ont réalisé une meilleure performance que les travailleurs 100% en présentiel, à la fois pour eux-mêmes (meilleure satisfaction au travail, moins de stress…) et pour l’entreprise (productivité, compétences, engagement…).

Enfin, en France, selon une étude de l'économiste Gilbert Cette, professeur à Neoma Business school, « les gains de transports sont autant de gains de productivité ». « Mieux dans leur peau, les salariés sont plus productifs », écrit le chercheur, dont l’étude, réalisée en 2020, a porté sur 1.400 entreprises industrielles de plus de 20 salariés implantées en France. En moyenne, conclut-il, une hausse de 1% du nombre de télétravailleurs entraînerait une progression de la productivité de l'ordre de 0,45%. Si l'utilisation du télétravail passe de 5% des salariés (le niveau atteint en 2019) à 25% de deux à trois jours par semaine, ce qui semble être la volonté de nombre d'entreprises aujourd'hui, selon ces travaux, la productivité ferait un bond de 9%.

Le travail hybride, le meilleur des deux mondes ?

Mais qu’en est-il du travail hybride, ce mode d’organisation qui implique que certains jours soient travaillés dans les locaux de l’entreprise et d’autres à domicile ? Le cabinet américain Global Workplace Analytics (GWA) a calculé l’impact d’une organisation du travail selon laquelle les collaborateurs qui occupent des postes jugés compatibles avec le télétravail (45% de la population active américaine) et expriment le souhait de télétravailler régulièrement (82% d’entre eux) pratiqueraient un travail hybride à part égale, c’est-à-dire deux jours et demi par semaine en moyenne à distance et deux jours et demi en présentiel. Dans cette configuration, les entreprises réaliseraient un gain net de 10.800 dollars par salarié en travail hybride et par an. Plus de la moitié de ce gain pour les entreprises (7.400 dollars par télétravailleur) provient de la hausse de productivité, a conclu GWA.

Même son de cloche du côté de Citrix, dont l’étude « Work Rebalanced » (réalisée en juin 2022), menée auprès de 900 dirigeants d’entreprise et 1.800 travailleurs de bureau dans huit pays, dont la France, nous apprend que les travailleurs hybrides se distinguent favorablement en termes de sentiment de productivité puisque 69% se déclarent productifs, soit 5 points de plus que les personnes en télétravail à plein temps (64%) et 10 points de plus que ceux en permanence au bureau (59%). Par ailleurs, 71% des personnes en travail hybride estiment que leur équipe les pousse à se dépasser au travail, alors que c’est le cas que de 63% des salariés en télétravail à plein temps et de 60% de ceux présents dans l’entreprise au quotidien. Plus intéressant encore : les personnes en mode hybride se disent plus connectées à leur entreprise et à leur équipe de direction (70%) que les personnes ne bénéficiant d’aucun télétravail (58%) et que celles en télétravail permanent (60%). L’étude en conclut que l’alternance entre différents lieux de travail contribue à l’épanouissement et à la performance des salariés.


Anton Kunin


Dans la même rubrique :
< >