managementhebdo

La dépression gagne les salariés, les jeunes en première ligne



Mardi 23 Mars 2021 - 15:13

Alors que les restrictions liées à la crise sanitaire s’éternisent et que le télétravail reste de mise, l’état psychologique des salariés français ne cesse de se détériorer, révèle le cabinet RH Empreinte Humaine.


Détresse psychologique : les jeunes, les femmes et les télétravailleurs souffrent le plus

Vivre avec l’épidémie n’est facile pour personne et ce, quel que soit le métier exercé. D’après la dernière édition du baromètre « Impact de la crise sanitaire sur la santé psychologique des salariés » réalisé par OpinionWay pour le cabinet RH Empreinte Humaine, les salariés français sont très nombreux à se dire en détresse psychologique (45%), un pourcentage très élevé mais certes en recul de 5 points par rapport à décembre 2020. Autre point inquiétant, 20% des salariés (soit autant qu’en décembre 2020) estiment que leur détresse psychologique est élevée.

Les salariés qui sont les plus nombreux à se dire en détresse psychologique sont les jeunes (62%), les femmes (53%) et les télétravailleurs (49%). Les managers affichent également un taux plus élevé (48%) comparé aux non-managers (44%).

Le télétravail augmente le risque de détresse psychologique

Certains salariés font aussi des dépressions nécessitant un accompagnement. Et le phénomène ne fait que prendre de l’ampleur : ils étaient 21% dans cette situation en décembre 2020, ils sont désormais 36%. À en croire ce baromètre, les populations les plus à risque sont les jeunes : chez les moins de 29 ans le taux grimpe à 39%.

S’agissant du télétravail en particulier, ce baromètre confirme le fait qu’il aggrave le risque d’être en détresse psychologique. 60% des salariés s’accordent pour dire que certains de leurs collègues en télétravail travaillent trop, 1 salarié en télétravail sur 2 déclare travailler plus tôt et finir plus tard, 1 sur 3 a l’impression de ne pas respecter le droit du travail, et 40% disent ne pas pouvoir faire tout leur travail en télétravail.


Anton Kunin