managementhebdo

L'espérance de vie des cadres et des ouvriers : une différence qui interpelle



Vendredi 9 Juin 2023 - 11:33

Dans un monde où l'égalité des chances est souvent mise en avant, une réalité plus sombre se cache derrière les chiffres. Un récent rapport de l'Observatoire des inégalités, publié jeudi 8 juin 2023, révèle une différence marquée d'espérance de vie entre les cadres et les ouvriers. Cette différence, qui atteint six ans, soulève des questions importantes sur les inégalités sociales et la santé au travail.


Une inégalité de revenus et de conditions de travail

Le rapport souligne que les inégalités ne se limitent pas à l'espérance de vie. Les cadres sont généralement mieux rémunérés que les ouvriers et les employés, avec les 10% les plus riches gagnant près de trois fois plus que les 10% les plus pauvres. Cette inégalité de revenus se traduit par une meilleure qualité de vie et une moindre exposition à la précarité du travail et au mal-logement.

En outre, les cadres sont moins touchés par certains problèmes de santé, ce qui contribue à leur espérance de vie plus élevée. Cette différence de santé entre les cadres et les ouvriers est probablement liée à des conditions de travail plus favorables, à un meilleur accès aux soins de santé et à des modes de vie plus sains. Résultat : l’espérance de vie des ouvriers serait de six ans inférieure à celle des cadres en France.

L'éducation : un facteur d'inégalité persistant

L'éducation est un autre domaine où les inégalités sont flagrantes. Bien que la population française soit de plus en plus diplômée, les écarts entre les classes sociales ne diminuent pas. Entre 2010 et 2020, la part d'enfants d'ouvriers ou d'employés ayant obtenu un diplôme de niveau bac+5 a doublé, passant de 6 à 13%. Cependant, la part des enfants de cadres et de professions intermédiaires a également doublé, passant de 22 à 40%.

Face à ces inégalités persistantes, les auteurs du rapport appellent à un débat sur une redistribution plus équitable des richesses. Ils soulignent que se concentrer sur une "poignée d'hyperriches" ne résoudra pas le problème. Au contraire, il est nécessaire de s'attaquer aux inégalités structurelles qui traversent l'ensemble de la société.
 


Paolo Garoscio


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 5 Avril 2024 - 08:00 Daniel Baal prend la tête du Crédit Mutuel







Facebook
Twitter