managementhebdo

Coronavirus : le chômage partiel pris en charge par l’État



Vendredi 13 Mars 2020 - 12:41

La crise du coronavirus Covid-19 a contraint Emmanuel Macron à prendre des mesures drastiques jeudi 12 mars 2020, mesures qu’il a annoncées lors d’une allocution en direct de l’Élysée. Entre autres, le gouvernement a pris la décision de fermer les établissements scolaires et demande aux entreprises de trouver des solutions avec les parents qui doivent garder leurs enfants. Mais ce n’est pas tout.


Plus aucun établissement scolaire ouvert en France

Pixabay/geralt
Pixabay/geralt
Attendue, la mesure sera effective dès le 16 mars 2020 et jusqu’à une date qui reste à définir, « jusqu’à nouvel ordre » a déclaré Emmanuel Macron : tous les établissements scolaires de France, des crèches aux universités, seront fermés. Objectif : tenter de ralentir la progression du coronavirus sur le territoire alors que la pandémie n’en est qu’à son commencement.

Le président de la République a donc demandé aux entreprises de faire preuve d’exemplarité pour gérer les problèmes qui suivront cette mesure, notamment concernant les parents obligés de rester à la maison pour garder les enfants. Le télétravail est une solution, mais si cela est impossible alors ce seront des indemnités qui seront versées aux salariés.

Le chômage partiel fortement demandé

Autre mesure, la prise en charge intégrale des salaires des personnes qui se retrouvent en chômage partiel à cause de la crise sanitaire. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, invité sur BFMTV le 13 mars 2020, a déclaré qu’aucun salarié de France « ne perdra un centime ». Une décision forte confirmée par Muriel Pénicaud, ministre du Travail, le même jour sur FranceInfo. L’État prendra en charge « 100% du chômage partiel », a-t-elle déclaré.

« Comme l'a dit le président de la République, quel que soit le coût, nous ferons face. C'est plus important que tout de sauvegarder l'emploi. » Les mesures annoncées devraient en effet coûter des dizaines de milliards d’euros à la France alors que, selon les données de la ministre du Travail, 5.117 demandes de chômage partiel pour près de 80.000 salariés ont été effectuées par les entreprises au 12 mars 2020.


Paolo Garoscio


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 10 Avril 2020 - 08:15 La bise au travail ne survivra pas au coronavirus