managementhebdo

Coca-Cola quitte la Russie sur fond de conflit ukrainien



Vendredi 17 Juin 2022 - 13:18

Par rapport à d’autres entreprises, Coca-Cola aura tardé : le géant américain des boissons continuait de commercer avec la Russie malgré les critiques, la pression sur les réseaux sociaux et les sanctions internationales. Finalement, plusieurs mois après le début du conflit en Ukraine, The Coca-Cola Company annonce cesser ses activités sur le marché russe.


Coca-Cola et la Russie : retour à la période de la Guerre Froide

Si Coca-Cola avait dès mars 2022, au lendemain de l’attaque en Ukraine par la Russie, annoncé son intention de quitter le territoire russe, les informations n’avaient pas été précises et aucune date réelle de fin des activités du groupe n’avait été avancée. Le 16 juin 2022, dans un communiqué de presse, le groupe annonce finalement cesser toute activité.

C’est la fin de la société Coca-Cola Hellenic Bottling Company (HBC), spécialisée dans l’embouteillage, qui sonne le glas de l’aventure Coca-Cola en Russie. Une aventure relativement récente : le groupe n’avait pu entrer sur le marché russe qu’en 1980, à l’occasion des jeux olympiques de Moscou. Auparavant, comme la majorité des entreprises américaines, Coca-Cola était interdite sur le territoire russe sur fond de guerre froide.

Plusieurs milliers de jeunes au chômage

Dans le cas présent, Coca-Cola a décidé d’elle-même de quitter le territoire, décision que certains géants dont les français de la galaxie Mulliez (Décathlon ou encore Leroy-Merlin) n’ont pas encore prise. Comme l’a souligné le gouvernement russe en juin 2022, le pays n’a pas exclu d’entreprises ni demandé à certaines de quitter son territoire.

Pour la Russie, c’est un nouveau coup dur. Le groupe HBC annonce tout simplement écouler les stocks de bouteilles avant de fermer boutique. De quoi laisser des milliers de jeunes russes sur le carreau : sur les près de 7.000 employés de HBC, 44% ont moins de 30 ans.


Paolo Garoscio