managementhebdo

Actionnariat salarié : en 2020, les salariés ont souscrit 2,5 milliards d'euros



Mardi 20 Juillet 2021 - 16:29

Les souscriptions par les salariés d’actions de leur entreprise s’inscrivent en baisse en 2020 mais restent tout de même à un niveau honorable : 2,5 milliards d’euros en tout, soit 4.540 euros par salarié en moyenne, nous apprend le cabinet Eres.


Actionnariat salarié : les décotes et abondements ont encore été au rendez-vous

L’actionnariat salarié gagne du terrain en France. En 2020, 39% des salariés étaient actionnaires de leur entreprise, contre 35% en 2019 et 2018, nous apprend le cabinet Eres dans son étude annuelle sur le sujet. Malgré les incertitudes liées à la crise économique, en 2020 les salariés ont poursuivi les souscriptions, pour un total de 2,5 milliards d'euros cette année-là. C’est certes moins qu’en 2019 (3,4 milliards d’euros à l’époque), mais pour une année de crise cela reste une performance très honorable. Le montant moyen par salarié souscripteur, lui aussi en baisse (4.540 euros contre 5.390 euros en 2019), reste malgré tout élevé.

Pour inciter les salariés à souscrire en ces temps incertains, les directions financières ont proposé une décote plus importante (20% en moyenne, contre 18% en 2019). En plus, 60% des opérations ont été proposées avec de l’abondement. Résultat : 42% des salariés ayant droit à la souscription de ces actions en ont souscrit, et 60% des actions proposées ont été souscrites.

Actionnariat salarié : même sans abondement, les salariés ont été gagnants dans 81% des cas

À fin 2020, la France compte donc 2,6 millions de salariés actionnaires, contre 2,5 millions en 2019. À eux tous, ils détiennent 2,38% du capital des entreprises. Non seulement ils donnent ainsi aux entreprises les moyens de la croissance, mais, ce qui est très important, les salariés eux-mêmes sont gagnants. Le bilan réalisé par Eres montre qu’entre 2006 et 2015, les salariés ont été gagnants dans 81% des cas sans l’abondement et dans 93% des cas avec un abondement de 100%. Sur la période 2010-2015, pour 100 euros investis, le gain a été de 206 euros sans abondement et de 391 euros avec abondement.

Comme ont pu le constater les spécialistes d’Eres, l’actionnariat salarié est aussi un facteur de fidélisation des salariés. Dans les sociétés à forte culture d'actionnariat salarié, le pourcentage de départs volontaires et de licenciements est plus faible, tandis que l'ancienneté est plus élevée. Les trois entreprises où les salariés profitent le plus de l’actionnariat salarié (sur les critères de la présence d’une forte culture d’actionnariat salarié et des performances (avec décote et dividende, sans abondement) en cumulé sur la période 2006-2015) sont Ubisoft, Nexity et Airbus.


Anton Kunin