managementhebdo

Plus de 350.000 emplois salariés détruits en 15 mois



Vendredi 12 Mars 2021 - 11:32

Ce sera le problème majeur du gouvernement en 2021 : le chômage. Car si les mesures de sauvegarde de l’emploi auront permis d’éviter le cataclysme en 2020, l’impact de la crise sanitaire est rude sur le nombre de postes en France. Et l’Insee prévoit que la destruction de postes se poursuivra au moins durant les trois premiers mois de l’année 2021.


La crise aura détruit plus de 350.000 emplois

Pixabay/Free-Photos
Pixabay/Free-Photos
Entre le secteur public et le secteur privé, le niveau de l’emploi n’aura pas évolué de la même manière en France en 2020 : alors que le second a créé, sur l’année, 36.200 postes, le premier en détruisait 320.300, selon les données publiées par l’Insee le 9 mars 2021. Le solde est donc fortement négatif, même s’il est loin du cataclysme annoncé : certaines estimations portaient à 700.000 voire à un million le nombre de postes que la crise sanitaire aurait finalement détruits en un an.

Mais si le pire est évité, il reste que 283.900 emplois ont été supprimés en France en 2020, selon l’Insee. Un arrêt net alors que 2017, 2018 et 2019 avaient vu le nombre de postes augmenter dans l’Hexagone, au point que le gouvernement espérait faire chuter le chômage à 7% avant la présidentielle de 2022. Un objectif depuis logiquement abandonné.

Plus d’emplois détruits en 2020 que d’emplois créés en 2019

Or l’Insee, dans sa note de conjoncture publiée le 11 mars 2021, n’offre pas une perspective positive au gouvernement sur le front de l’emploi : elle estime que plus de 75.000 postes seront supprimés en France au premier trimestre 2021, notamment à cause de la fin progressive des aides. Si la prévision se confirme, ce seront donc plus de 350.000 emplois qui auront été détruits entre le 1er janvier 2020 et le 31 mars 2021, soit en 15 mois.

Un nombre à mettre en perspective avec les créations de postes de 2019 qui avaient été 263.100 selon l’Insee. La crise sanitaire aura donc détruit près de 100.000 postes de plus que le nombre créé en 2019, faisant reculer le niveau de l’emploi en France à la mi-2018.


Paolo Garoscio


Dans la même rubrique :
< >