managementhebdo

Pass sanitaire : un syndicat de médecins alerte sur les arrêts maladie de complaisance



Mardi 31 Août 2021 - 08:28

Le syndicat de médecins généralistes MG France s’inquiète d’une multiplication éventuelle de demandes de la part des Français « antivax » cherchant à obtenir un arrêt maladie de complaisance pour échapper à la vaccination contre le Covid-19.


Pour le syndicat MG France, les médecins généralistes sont entre le marteau et l’enclume

Depuis le 30 août 2021, le pass sanitaire est requis pour les salariés, prestataires et bénévoles des établissements de restauration commerciale et débits de boissons (hors restauration d’entreprise et restauration routière et ferroviaire), des établissements de loisirs et de culture (salles de sport, cinémas, musées, théâtres, discothèques, festivals et salles de concert, parcs d’attractions…) et ceux travaillant dans les trains, autocars et avions. D’ores et déjà, afin d’éviter de se soumettre à un test PCR tous les deux jours, certains salariés opposés à la vaccination contre le Covid-19 pourraient être tentés de demander un arrêt maladie de complaisance, met en garde le syndicat de médecins généralistes MG France.

« MG France ne saurait cautionner une action militante anti-vaccination qui se traduirait par l’usage de certificats de complaisance », assure le syndicat. Le syndicat alerte ses adhérents sur le risque de faire l’objet de menaces, voire de se retrouver devant des « antivax » agressifs face au refus d’émettre un arrêt de travail de complaisance. De la même manière, le syndicat de médecins alerte ses adhérents sur les éventuels contrôles de l’Assurance maladie à la recherche de ces arrêts de travail de complaisance.

Les demandes d’arrêts de travail de complaisance pourraient se multiplier à la mi-octobre 2021

Les demandes d’arrêts de travail de complaisance risquent de se multiplier en particulier après le 15 octobre 2021, date à laquelle les tests PCR deviendront payants. Mais d’ores et déjà, les médecins pourraient recevoir ce type de demande de la part des « antivax » qui trouveront la réalisation de tests PCR tous les deux jours impossible compte tenu de leurs horaires de travail ou tout simplement inconfortable, ce test n’ayant rien d’agréable.

Pourraient également demander un arrêt de travail de complaisance des soignants « antivax ». À partir du 16 octobre 2021, ils devront en effet présenter à leur employeur le justificatif du schéma vaccinal complet pour continuer à exercer leur métier.


Anton Kunin


Dans la même rubrique :
< >