managementhebdo

Le projet Europacity ne verra pas le jour



Jeudi 7 Novembre 2019 - 20:54

C'en est terminé d'Europacity : le mégacomplexe qui devait voir le jour dans le triangle de Gonesse, dans le Val-d'Oise, a été définitivement retoqué par Emmanuel Macron. Le chef de l'État veut lui subsister un « projet alternatif ».


Mégacomplexe de loisirs

C'est la douche froide pour les promoteurs de ce mégacomplexe qui devait ouvrir ses portes en 2027. Ceetrus, la filiale immobilière du groupe Auchan, et l'entreprise chinoise de divertissement Wanda devaient investir 3 milliards d'euros dans le triangle de Gonesse, dans le nord de Paris, un territoire en difficulté économique. Chaque année, 31 millions de visiteurs auraient dû se presser dans ce complexe de loisirs et de commerces. Mais les oppositions ont été trop fortes, poussant l'Élysée à prendre la décision d'abandonner définitivement le projet.

C'est juste avant un conseil de défense environnementale qu'Emmanuel Macron a fait savoir que le mégacomplexe ne sera pas construit. Le président de la République juge le projet « daté et dépassé » qui ne répond plus aux aspirations des citoyens. Un projet « alternatif » est désormais en cours de réflexion, « plus mixte, plus moderne, sans créer un pôle démesuré de consommation, de loisirs et d'objets ». 

Nouveau projet pour Gonesse

La mission a été confiée à Francis Rol-Tanguy, ancien directeur de l'Atelier parisien d'urbanisme. Il devra travailler avec les élus à l'élaboration de ce projet qui devra être « plus vaste que le triangle de Gonesse », a expliqué l'Élysée. Les promoteurs d'Europacity vont donc remballer leurs plans, eux qui les avaient revus de fond en comble afin de répondre aux interrogations écologiques, économiques et solidaires des opposants.

Les élus locaux qui avaient soutenu le projet sont évidemment déçus et pour certains, amers. C'est le cas du maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, pour qui l'arrêt d'Europacity signifie « un abandon des banlieues, alors que les voyants sont plutôt au rouge ». Mais pour Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, « un autre avenir est possible » pour la ville et le territoire.


Olivier Sancerre

Tags : europacity