managementhebdo

L’inflation, le recrutement et la stratégie de développement, les principaux enjeux pour 2023 selon les patrons



Mardi 3 Janvier 2023 - 08:53

Interrogés par l’association Atelier des prochains mondes (APM) sur les principaux enjeux pour 2023, les chefs d’entreprise citent avant tout l’inflation, le recrutement et la stratégie de développement.


L’approche ESG se démocratise au sein des entreprises françaises

Quels sont les principaux enjeux pour l’année qui s’ouvre aux yeux des chefs d’entreprise ? Pour le savoir, en décembre 2022 l’association Atelier des prochains mondes (APM) a interrogé 1.200 de ses adhérents. Ils citent en premier lieu l’inflation et le pouvoir d’achat de leurs clients et collaborateurs (59% des réponses, tous secteurs confondus). Dans les secteurs du commerce et du BTP, cette réponse est même donnée par 70% des dirigeants. Arrive en seconde position le recrutement (52%), puis la stratégie de développement de l’entreprise (50%).

Alors, que vont-ils entreprendre au sein de leur entreprise pour y faire face ? La plupart des chefs d’entreprise (54%) répondent qu’ils entendent mettre en place une gestion en fonction de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Les chefs d’entreprise sont par ailleurs assez nombreux à prendre des engagements environnementaux : à ce jour, 16% d’entre eux ont déjà réalisé un bilan carbone, et 12% ont mis en place un plan de mobilités douces qui engage leur entreprise financièrement.

La prise en compte des émotions des équipes, un savoir-faire qui gagne du terrain

Interrogés sur leur transformation personnelle au cours de l’année écoulée, 50% répondent qu’ils ont progressé sur la prise en compte des émotions de leurs équipes, 43% ont commencé à accorder davantage d’importance à l’équilibre vie professionnelle - vie personnelle, et 22% ont progressé sur leur usage du numérique.

Ce sondage nous apprend enfin que, globalement, 70% des dirigeants sont confiants pour l’avenir de leur entreprise. Ce pourcentage peut paraître assez bas, mais il peut finalement paraître assez élevé quand on sait que nous vivons depuis plus d’un an une inflation galopante, et que 2023 devrait se passer, d’après les prévisions économiques, sous le signe d’une récession. Ce pourcentage apparaît également élevé quand on se rappelle qu’il n’était que de 44% en 2020, au plus fort de l’épidémie de Covi-19.


Anton Kunin