managementhebdo

Printemps fermera quatre magasins



Mardi 27 Avril 2021 - 16:09

Printemps a annoncé la fermeture prochaine de quatre de ses magasins. 450 emplois sont concernés.


Un accord signé à contre-cœur par les syndicats

Quatre magasins Printemps (celui de la Place d'Italie à Paris, ainsi que ceux du Havre, de Strasbourg et de Metz) seront prochainement fermés, a annoncé la direction du groupe. 450 salariés seront reclassés. Si l’ampleur de ce plan social peut impressionner, il faut savoir que d’après la version initiale, présentée en novembre 2020, ce sont sept magasins qui devaient fermer.

Ce Plan de sauvegarde de l’emploi a été signé par les trois organisations représentatives (la CGT, l'Unsa Printemps et la CGC). Néanmoins, dans un communiqué, CGT Printemps Haussmann et Siège a tenu à indiquer : « La signature de la CGT a pour seul objectif d’acter et rien que d’acter les conditions d’un accord majoritaire aux salariés concernés. Jamais la CGT n’apportera sous quelle forme que ce soit une caution morale à ce PSE que nous avons combattu de toutes nos forces. […] Nous avons agi collégialement, en notre âme et conscience, pour le bien des salariés en choisissant la moins mauvaise des solutions ».

Printemps devra transformer profondément l’entreprise

Lors de l’annonce de ce Plan de sauvegarde de l’emploi, en novembre 2020, il était prévu de fermer sept magasins. À l’époque, la direction indiquait vouloir « transformer le modèle de l'entreprise tout en réduisant ses coûts de structures et de fonctionnement ». Le groupe se disait « dans l'obligation de transformer son modèle pour arrêter les pertes, s'adapter aux exigences de marché et assurer sa pérennité sur le long terme ». Cela devait passer par le « renforcement de la différenciation de l’offre » et le « redéveloppement du socle de clientèle »

Au final, après négociations avec les syndicats, trois des sept magasins (deux magasins Citadium à Paris et un à Toulon) ont été épargnés par la fermeture. Les autres objectifs du plan, eux, sont restés intacts.


Anton Kunin