managementhebdo

Les agents de Pôle emploi en grève le 1er février 2022



Mardi 1 Février 2022 - 08:14

Les dix syndicats de Pôle emploi ont choisi de maintenir leur grève du 1er février 2022, prévue de longue date. Les grévistes revendiquent une « augmentation générale des salaires et des traitements » et une « détente du calendrier de déploiement des plans d’action ».


Pôle emploi : « Pas un jour sans un nouveau plan d’action », dénoncent les syndicats

Les agents de Pôle emploi n’en peuvent plus. Pour une fois, l’ensemble des dix syndicats du service public de l’emploi ont donné un préavis de grève et l’ont maintenu. « Pas un jour sans un nouveau plan d’action, de nouvelles exigences gouvernementales, et toujours à marche forcée. […] Tout cela accroît la charge de travail et rend plus difficile l’exercice de nos missions. Nos organisations dénoncent cette dévalorisation de nos qualifications et savoir-faire, cette perte de sens au travail, au regard des missions de Pôle emploi », déplorent dans un communiqué commun les syndicats CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SNAP, SNU, STC, SUD et UNSA.

« Les plans d’action s’enchaînent, tous plus urgents les uns que les autres, sans prendre le temps d’interroger la pertinence de ces actions et de réfléchir à la mise en place de celles-ci, sans jamais avoir le temps d’aller au bout, un plan d’action en chassant un autre, et sans aucune possibilité de récolter les fruits du travail escompté », renchérit SNU Pôle emploi.

La direction de Pôle emploi attend de voir l’ampleur de la mobilisation pour faire des propositions

Les grévistes demandent à la direction de revaloriser les salaires et les traitements, arrêter la dégradation des conditions de travail et « redonner du sens au travail pour améliorer la qualité du service public ». « Nos rémunérations stagnent depuis plusieurs années alors que l’inflation se poursuit. Les plans d’action s’enchaînent à un rythme effréné, et notre charge de travail augmente », dénoncent-ils.

D’après les syndicats SNU Pôle emploi et CGT Pôle emploi, en amont du préavis de grève, la direction de Pôle emploi s’était refusée à modifier le projet d’accord sur le fond et faire des avancées sur les conditions de travail. Les deux syndicats ont alors décidé de quitter les négociations. La direction a pour sa part annoncé que le contenu de ses propositions dans le cadre de la prochaine session de la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO), prévue le 9 février 2022, « dépendra de la mobilisation du 1er février ».


Anton Kunin