managementhebdo

Le gouvernement demande 20 millions d’euros à Ford pour la réindustrialisation de Blanquefort



Dimanche 3 Mars 2019 - 19:58

L’usine Ford de Blanquefort est au cœur du discours de l’exécutif actuellement. L’enjeu, c’est la réindustrialisation du territoire, que le constructeur américain devra financer.


La fermeture de l’usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, est un enjeu politique important pour le gouvernement et pour Emmanuel Macron. Le président de la République a ainsi déclaré que l’État comptait bien faire « payer » à Ford la revitalisation du site de l’usine. Puis, c’était au tour d’Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’État à l’Économie, d’ajouter que le gouvernement était en mesure de faire pression sur Ford afin que l’entreprise investisse des « millions d’euros » pour la reconversion du site. Et ce dimanche, c’est Bruno Le Maire qui revient sur le dossier.

Dans un entretien au Parisien Dimanche, le ministre de l’Économie a déclaré avoir demandé à Ford l’affectation de 20 millions d’euros pour la réindustrialisation du territoire. « Ils se sont engagés à revenir vers nous en début de semaine », précise Bruno Le Maire. Le gouvernement n’a pas apprécié le refus de Ford de saisir l’offre de reprise de Punch Powerglide. Celle-ci n’offrait cependant pas beaucoup de garanties sur l’emploi et sur le volume des commandes. Le constructeur automobile avait annoncé son désengagement de l’usine de Blanquefort début 2018, provoquant une levée de boucliers des syndicats, des élus locaux et des politiques.

Ford a indiqué qu’il allait mettre en place des aides à la recherche d’emplois et de formations pour les 850 salariés concernés par la fermeture de l’usine. Bruno Le Maire attend plus encore : « Il faut que le plan social soit généreux et solide. Ford doit aussi prendre à sa charge la dépollution », a-t-il indiqué. La fermeture de l’usine est programmée pour cet été.



Tags : Ford