managementhebdo

Baisse importante mais insuffisante du chômage en mai



Jeudi 25 Juin 2020 - 13:55

Le chômage a reculé au mois de mai : une bonne nouvelle, mais le revers de la médaille, c'est que le nombre de personnes sans emploi demeure toujours très élevé.


Nombre de demandeurs d'emploi historiquement élevé

Au mois de mai, le nombre de demandeurs d'emploi n'ayant exercé aucune activité — autrement dit la catégorie A — s'est réduit de 149.900 en France (sauf Mayotte). C'est 3,3% de moins qu'en avril. Les chiffres publiés par le ministère du Travail montrent une baisse exceptionnelle, du jamais vu depuis la création de cette série en 1996 ! Est-ce à dire que l'économie française est sortie du marasme après deux mois de confinement ? Bien sûr, il faut nuancer la performance : le nombre de demandeurs d'emploi demeure très élevé. La catégorie A compte en effet 4,42 millions de personnes. Par conséquent, il est encore bien difficile de se croire sorti des difficultés.

Par ailleurs, il faut aussi prendre en compte que des milliers de personnes inscrites en catégorie A ont basculé dans les catégories B et C (des personnes ayant exercé une activité mais qui restent inscrites au chômage). Ces deux dernières catégories ont progressé de 211.000. Et en additionnant les trois catégories, le chômage progresse toujours de 61.000 personnes. C'est tout de même moins qu'en avril, où la hausse avait été de 209.300 personnes supplémentaires.

Sortie de confinement

En juin, toutes les régions (à l'exception de la Corse) et toutes les tranches d'âge ont été concernées par cette baisse du chômage dans la catégorie A. Le nombre de demandeurs d'emploi d'au moins 25 ans a reculé de 3,6%, les plus jeunes (moins de 25 ans) de 1,1%. Une bonne nouvelle tout de même, mais à nuancer immédiatement : en mai, Pôle Emploi dénombrait 6,125 millions de demandeurs d'emploi dans toutes les catégories. Depuis 1996 et la création de cet indicateur, c'est un plus haut niveau historique. 

La levée des mesures de confinement permet à l'économie de redémarrer graduellement. De nombreux demandeurs d'emploi sans aucune activité ont pu reprendre un travail. La baisse du nombre de chômeurs en mai n'éclipse pas les prévisions du FMI qui, cette semaine, prévoyaient une chute du produit intérieur brut de 12,5% pour la France en 2020. La convalescence s'annonce longue.


Olivier Sancerre


Dans la même rubrique :
< >