managementhebdo

Airbus : le nouveau directeur commercial démissionne, Christian Scherer nommé



Vendredi 14 Septembre 2018 - 14:52

Airbus vient d'annoncer que Christian Scherer, 56 ans, était nommé ce jeudi directeur commercial d'Airbus. Il remplace Eric Schulz, en poste depuis le mois de janvier 2018 seulement.


Airbus : Eric Schulz, en poste depuis le mois de janvier 2018, est remplacé par Eric Scherer

Annonce inattendue chez Airbus qui vient d'annoncer que Christian Scherer, 56 ans, était nommé ce jeudi 13 septembre directeur commercial d'Airbus. Le président d'ATR est un ancien d'Airbus entré en 1984 chez l'avionneur, candidat pour ce même poste en novembre dernier. Il remplace Eric Schulz, en poste depuis le mois de janvier 2018, qui a décidé de quitter l'avionneur toulousain pour des raisons personnelles.

Pour rappel, Eric Schulz avait été recruté il y a à peine 9 mois chez Rolls Royce Aerospace pour remplacer John Leahy à la tête de la direction commerciale d'Airbus. Il s'agit donc d'une énorme surprise dans ce jeu de chaises musicales. En effet, Christian Scherer était jusqu'à aujourd'hui président exécutif d'ATR, le leader mondial de l'aviation régionale détenu à 50% par Airbus.

Des tensions entre Guillaume Faury et Eric Schulz

Ce départ précipité d'Eric Schulz semble avoir été motivé en raison des tensions qui l'opposaient à Guillaume Faury, le président de la branche d'avions commerciaux Airbus Commercial Aircraft, lequel ne supportait pas, selon des sources internes, de voir Eric Schulz rapportait directement à Tom Enders. Considéré comme le candidat interne naturel pour succéder l'an prochain à Tom Enders en fin de mandat, Guillaume Faury a peu-être considéré Eric Schulz comme un rival.

Mais pour Airbus le moment est mal choisi. En effet, cette démission intervient dans un contexte de ralentissement des ventes de l'avionneur européen et à des problèmes de fiabilité sur les moteurs de certains appareils, qui auraient suscité l'impatience d'Eric Schulz, selon des sources industrielles citées par La Tribune.


Marie-Eve JAMIN